www.antiquites-st-martin.com

Madame Gervais présente : 

HENRI HOURTAL 1877-1944  

Pour nous contacter cliquez ici

 

1877  

Naissance d’Henri HOURTAL à Carcassonne (Aude).

 

 

1893  

En septembre-octobre, à l’exposition de la société des Beaux-arts de Narbonne, il est notifié comme élève de Mr. Astruc et  il expose un paysage sous le numéro 299.

 

Henri HOURTAL fréquente très régulièrement l’académie Julian à Paris et côtoie des peintres américains comme Robert HENRI le créateur des « Eight » puis de l’ « Ashcan school».

 

1904  

Henri HOURTAL expose pour la première fois au Salon des indépendants , au Salon des Artistes Français et au Salon d’automne.

  Cliquez dessus pour agrandir

  Jeunes filles sur l’herbe, Monotype.

 

1914  

Henri HOURTAL expose au Salon des Artistes Indépendants

Champ de Mars

Avenue de la Bourbonnais

Du 1er mars au 30 avril

1609- Procession dans les champs.

1610-Sous la tonnelle.

1611-Marchand de fleurs

Cliquez dessus pour agrandir   

Cliquez dessus pour agrandir

Mon jardin, Monotype 

 

Le Monotype : Technique  maniée par Degas.

Sur une plaque de cuivre, il travaille à l’huile au moyen d’une brosse ou de ses doigts et enlève l’excédent de peinture à l’aide d’un tampon de sa confection.

Puis il applique sur du chine la planche recouverte de peinture, et tire à l’aide d’une presse deux impressions très pâles qu’il rehausse et  restructure au pastel 

 

Son art est séduisant, peintre complet, il travaille et maîtrise parfaitement plusieurs disciplines : gravure à la pointe sèche, aquatintes, eaux-fortes, lavis, monotypes, fusains, gouaches et huiles, Il loge 1, rue Bourbon le Château,  dans le 6ème arrondissement  prés de Saint Germain des Présil peint les rues et les maisons animées de Paris..

Cliquez dessus pour agrandir   

« La Maison Tellier » gouache.

  Cliquez dessus pour agrandir

Terrasse de Café Parisienne, gouache 

 

1916  

Henri HOURTAL épouse Louise POPE en décembre.

Louise Pope était née à New York city état de New York,  fille d’un riche cotonnier Américain et 

 élève à la Chase School puis au New-York School of Art

  elle était la favorite de Robert Henri, avec lequel elle faisait beaucoup de voyages à travers l’Europe.

 

Cliquez dessus pour agrandir

Louise Pope, peinte par Robert HENRI

  

1918  

Henri HOURTAL fait un Premier voyage au Maroc, avec son épouse,

 il « croque »  le moindre  détail gestuel ou architectural

  Cliquez dessus pour agrandir                  Cliquez dessus pour agrandir

1920  

Henri HOURTAL  fait un séjour au Maroc, où le Gouvernement Français, à l’initiative du maréchal Lyautey, encouragea les artistes à venir s’installer dans le protectorat, celui ci mettra à la disposition des Lauréats une somme de deux mille francs et des ateliers dans les villes de Knés , Fez, Rabat, Saffi et Marrakech.

 La vie locale, scènes de marchés, porteuses d’eau etc., seront  les principales sources d’inspiration d’Henri HOURTAL.

Cliquez dessus pour agrandir   

Il s’est montré un témoin attentif de ses rencontres. Tous ses dessins ethnographiques sont, tout à la fois de précieux témoignages d’un monde disparu comme de réels chefs d’œuvre de l’art graphique du XXème siècle. 


Il s’affirme aussi par des œuvres authentiques qui séduisent par leur qualité picturale et leur puissante forte évocatrice :

Gigantesque Panneau des ruines de Fez

Œuvres détruites,

  Cliquez dessus pour agrandir

 

1922 

à l’exposition Nationale Coloniale de Marseille, Henri HOURTAL se voit décerner le « GRAND PRIX »

  Cliquez dessus pour agrandir 

Cette même année, à la Galerie Georges Petit, il y a une exposition dont le thème est

« Le Maroc vu par les Artistes ».

 Henri HOURTAL y présente quelques œuvres.

   

Pour nous écrire cliquez ici

1923

Henri HOURTAL illustre par ses gravures dont certaines sont aquarellées par lui même, le livre des fréres Jérome et Jean THARAUD

  « Rabat où les Heures Marocaines »

édité par la société des médecins Bibliophiles.

quelques vues du livre

Cliquez dessus pour agrandir

 

Cliquez dessus pour agrandir

Gouache (étude pour une gravure du livre)

   

1924 

le 2 mars, Henri HOURTAL a reçu du Gouvernement Chérifien,

 le rang d’ « officier du Ouissam Alaouite Chérifien ».

  Ouissam Alaouite :

Créé par un dahir du Sultan Moulay Youssef et du Général Lyautey le 15-5-1913.

Pendant la période des protectorats, ces ordres servaient à la France de « décorations musulmanes » : Ils étaient fréquemment remis à des personnalités ayant rendu service à la France en pays islamiques.

 

 

1929  

Henri HOURTAL expose à la Galerie Georges PETIT.

Cliquez dessus pour agrandir   

 

1931 

Henri HOURTAL a obtenu le diplôme « Hors-Concours »

à l’Exposition Coloniale Internationale de Paris.

Diplôme signé par le commissaire général de l’Exposition qui est

le Maréchal Lyautey avec qui il entretenait de bonnes relations.

  Cliquez dessus pour agrandir

  Cliquez dessus pour agrandir       Cliquez dessus pour agrandir

   

1932

Henri HOURTAL, expose au Grand Palais du 30 avril au 19 juin.

Une dizaine d’œuvres : paysages, Angles sur l’Anglin, Limoges, monuments, « Lavandières.

  Cliquez dessus pour agrandir

 

1935 

Henri HOURTAL séjourne à la Villa Abd-El-Tif à Alger.  

 

1939 

Henri HOURTAL a aussi réalisé quelques maquettes de timbres pour le Maroc s'inscrivant dans une série commandée à plusieurs artistes et émise à partir de juillet 1939

 

 

Cliquez dessus pour agrandir

Cliquez dessus pour agrandir

Études de Timbres

 à la Gouache

Cliquez dessus pour agrandir

Cliquez dessus pour agrandir

 

 

Ce timbre dessiné par  Henri Hourtal et gravé par Gabriel BARLANGUE a connu de nombreuses impressions de 1939 à la fin des années 1940:

1 centime en lilas, le 5 centimes vert, le 2F 50 rouge, le 2 F 50 bleu, et donc le 4F bleu.

 Dès 1938, année de sélection des maquettes, 65 c. n'était plus une valeur utile,  l 'inflation continue de ces années obligeant à des hausses de tarifs successives. Ainsi, le 4 f bleu a été émis en 1942.

 

Le timbre a principalement été édité en taille-douce, c'est-à-dire selon le meilleur procédé d'impression de l'époque. Dans cette technique, l'encre est déposée dans les creux de la planche d'impression et le papier humidifié est pressé dans ces tailles. S'agissant des timbres imprimés à la rotative sur une bobine de papier gommé, l'humidification est superficielle pour ne pas endommager la gomme au verso.

 

En revanche, les épreuves sont imprimées à la presse à bras sur un papier très humide et donc mou, ce qui lui permet de bien pénétrer les tailles du poinçon et de parfaitement recevoir l'encre. Il y avait toutes sortes d'épreuves en noir ou en bleu, voire en brun, en sépia, en rouge... de l'atelier du graveur à l'imprimerie, aux différentes étapes de la réalisation, puis pour choisir les couleurs de tirage entre 6 à 10 teintes... Leur revente au public, plus ou moins licite, constituait un complément de revenu pour certains.

 

L'épreuve présentée est encore d'une autre nature. Il s'agit d'une épreuve de luxe, c'est à dire d'une impression artistique du poinçon final, sur papier de luxe. Ce tirage limité était destiné aux hautes personnalités. Sans utilité postale et hors vente au guichet, ces épreuves de luxe qui constituaient un  privilège pour les bénéficiaires ont souvent été considérées avec suspicion par les philatélistes qui n'y avaient pas accès. Il n'en reste pas moins que d'un point de vue artistique, ce sont des documents très intéressants et de grande qualité qui permettent, mieux encore que les timbres, de détailler le travail du graveur.

Texte et document de François Chauvin.

"François Chauvin est l'auteur de nombreux articles historiques et philatéliques, en particulier dans le mensuel Timbres magazines."



 

1941 

Henri HOURTAL expose à la galerie Chappe et fils,

 32, rue de la pomme à Toulouse.

   

1944 

Le 20 Avril, Henri HOURTAL meurt à Angles sur L’Anglin, un petit village de la Vienne .

 

1986

Exposition dans la galerie ANTIQUITES SAINT MARTIN

13 Boulevard du Luxembourg

AVRANCHES 50300

1989 

Du 7 novembre 1989 au 31 janvier 1990, Exposition au Musée Municipal

 de Boulogne-Billancourt : Coloniales 1920-1940.

Henri HOURTAL figure à l’index des artistes installés en France, ayant travaillé sur le thème colonial entre 1920 et 1940.

  Exposition à Honfleur

   

1992 

Une de ses œuvres fut présentée lors de l’Exposition « Visages de l’Algérie Heureuse », organisée par le cercle Algérianiste à l’occasion des rencontres du Trentenaire au Palais des Congrès de Versailles du 16 au 19 janvier 1992 .

 

hourtal@antiquites-st-martin.com

Pour nous contacter cliquez ici